Glyphosate

Transparence sur la sécurité et l’utilisation des herbicides à base de glyphosate en Europe

Menu
Rechercher

Y-a-t-il des preuves que le glyphosate cause le cancer ?

Des études toxicologiques approfondies sur des animaux ont démontré que le glyphosate ne cause pas le cancer 5, 14, 17, 18. Au cours de ses 40 années d'existence, le glyphosate a été soumis à des évaluations de sa sécurité par des experts de la réglementation et des comités d'examen faisant autorité, qui ont également étudié son potentiel de cancérogénicité. Aucun de ces examens ni les études à long terme sur des rats et des souris n'a suggéré d'effet cancérogène lié au glyphosate.

Plusieurs études épidémiologiques se sont également concentrées sur les questions sanitaires d'exposition aux pesticides. Une des plus vastes études épidémiologiques portant sur l'exposition aux pesticides et ses effets sanitaires est l'Agricultural Health Study ou AHS (étude sur la santé en milieu agricole), à laquelle participent environ 57 000 agriculteurs des États-Unis qui utilisent des herbicides 6, 16. Les publications issues de ces données varient au niveau de la spécificité de leurs conclusions par rapport aux pesticides en général, aux classes de pesticides et dans certains cas à des insecticides, herbicides ou fongicides particuliers. Alors que certaines de ces publications mentionnent  spécifiquement le glyphosate, aucune n'en déduit de lien tangible avec la survenue d’un cancer spécifique.

(© iStockphoto.com/ Nicolas Loran)

D'autres études n'ont pas mis en évidence de lien entre le glyphosate et l'incidence de cancers de quelque type que ce soit. Néanmoins, des liens entre l'exposition parentale à des pesticides et des leucémies de leurs enfants ont été signalés dans une étude réalisée au Costa Rica 11. Il n'était toutefois pas possible d'interpréter ces résultats pour le glyphosate seul, car l'exposition était estimée avec celle « d’autres produits phytosanitaires ». Une autre publication a signalé un lien entre le lymphome non-Hodgkinien et le glyphosate 7, mais cette observation n'a pas été reproduite lors d'une étude ultérieure par le même groupe de chercheurs 4. L'étude AHS 16 n'a noté aucun lien entre le glyphosate et un quelconque cancer, y compris celui du poumon, de la cavité buccale, du colon, du rectum, du pancréas, du rein, de la vessie, de la prostate, les mélanomes, tous les cancers lymphohématopoïétiques et les lymphomes non-Hodgkiniens.  Une revue très récente des études épidémiologiques relatives au glyphosate et à la survenue du cancer fournit un résumé consolidé des études épidémiologiques pertinentes. Elle conclut qu'aucun lien entre le glyphosate et cancer ne peut être déduit du volume considérable de données épidémiologiques publiées 10.

Pour toutes les études épidémiologiques, il faut également noter que le niveau général d'exposition des agriculteurs qui épandent le glyphosate et de leurs familles, est estimé comme étant très faible. Les données d'exposition au glyphosate obtenues auprès des participants à l'étude sur la santé en milieu agricole publiée en 2004 et 2005, ont été utilisées pour calculer la moyenne géométrique de la dose systémique à laquelle sont exposés les agriculteurs qui épandent le glyphosate. Même pour les agriculteurs qui épandent le glyphosate sur des surfaces allant jusqu'à 200 hectares la dose moyenne géométrique était de seulement 0,0001 mg/kg/jour, ce qui représente actuellement environ 0,03 % du niveau acceptable d'exposition pour l'opérateur (NAEO) pour le glyphosate dans l'UE 1, 9.

 

Références citées

 

Plus d'informations:

Last update: 03 Décembre 2013