Glyphosate

Transparence sur la sécurité et l’utilisation des herbicides à base de glyphosate en Europe

Menu
Rechercher

Pour l’Efsa, le glyphosate n’est pas un perturbateur endocrinien

A la demande de la Commission européenne, l’agence européenne de sécurité des aliments (Efsa) a dressé un état des lieux des connaissances du glyphosate sous l’angle perturbateur endocrinien (PE). Dans les conclusions qui ont été publiées le jeudi 7 septembre sur son site, l’Efsa affirme que « le glyphosate n’a pas de propriétés perturbatrices du système endocrinien » etprécise que « les études écotoxicologiques disponibles ne font état d’aucune preuve qui serait en contradiction avec la conclusion selon laquelle il n’existe pas de preuve d’un mode d’action endocrinien du glyphosate sur les mammifères ».

Cette analyse de l’Efsa enrichit et renforce l’évaluation menée dans le cadre du processus de renouvellement de l’approbation du glyphosate. En novembre 2015, l’Efsa avait ainsi estimé que le glyphosate n’était pas cancérogène, mutagène ou reprotoxique. Un avis confirmé par l’agence européenne des produits chimiques (ECHA) en mars dernier et, au niveau français, par l’ANSES en février 2016.

Last update: 08 Septembre 2017