Glyphosate

Transparence sur la sécurité et l’utilisation des herbicides à base de glyphosate en Europe

Menu
Rechercher

Les applications de glyphosate typiques de la pratique agricole sont-elles néfastes pour les populations de grenouilles ?

(© Rainer Sturm/pixelio.de)

Beaucoup d’études scientifiques ont évalué des formulations à base de glyphosate pour savoir si elles pouvaient présenter des effets potentiellement néfastes pour les populations naturelles de grenouilles. Même dans le pire cas d’une pulvérisation surdosée involontaire appliquée directement dans l’eau, aucun effet aigu n’a été observé.

L’étude menée à l’Université de Pittsburgh par des chercheurs sous la conduite de Relyea a estimé que l’exposition à l’herbicide total Roundup entraînait une mortalité accrue chez les têtards de plusieurs espèces différentes de grenouilles. Ces données ont suscité des inquiétudes au sujet de l’impact des herbicides à base de glyphosate sur les grenouilles et les liens possibles avec le déclin généralisé des espèces d’amphibiens en général.

Cependant, des évaluations détaillées de cette étude, ainsi que celles d’autres études effectuées par Relyea et ses collègues, ont révélé que des doses anormalement élevées avaient été appliquées pendant les expériences. Les concentrations d’herbicide dans l’eau qui avaient été présentées comme létales pour les têtards dépassaient de très loin les niveaux d’exposition réalistes pouvant résulter d’applications au champ  et ne sont par conséquent pas représentatives du risque auquel sont exposés les têtards dans les plans d’eau naturels.

Peu de temps après la publication des articles de Relyea, l’Institut national de santé publique et de l’environnement (RIVM) des Pays-Bas a examiné ces études dans le contexte d’expositions environnementales réalistes et d’évaluations normalisées des risques écologiques. Le RIVM a conclu que ces données n’apportaient pas de preuves convaincantes que les herbicides à base de glyphosate posaient un risque significatif pour les populations de grenouilles aux Pays-Bas.

Que révèlent d’autres études toxicologiques sur les amphibiens ?

Les effets d’environ une douzaine de formulations différentes à base de glyphosate ont maintenant été évalués sur presque 30 espèces d’amphibiens dans le cadre d’études de toxicité aiguë et chronique. Même quand les grenouilles testées étaient captives, aucun effet néfaste inhabituel n’a été noté suite à l’exposition à des concentrations environnementales réalistes d’herbicides à base de glyphosate, ni de résidus provenant d’opérations de désherbage sur des exploitations forestières commerciales. Même dans les cas où l’eau avait subi une surpulvérisation d’herbicides, contraire aux lignes directrices des Bonnes Pratiques Agricoles (BPA), aucun effet toxique aigu n’a été observé.

Plusieurs études d’exposition chronique ont évalué l’impact du glyphosate formulé sur la croissance, le développement et la survie d’espèces de grenouilles et n’ont trouvé aucun effet néfaste aux concentrations environnementales prévues. Il a été conclu que l’absence d’effets chroniques résultait de la dissipation rapide du glyphosate et de son adjuvant tensioactif dans la colonne d’eau. Les agents tensioactifs inclus dans les formulations à base de glyphosate ont pour rôle de faciliter l’absorption de la substance active par les végétaux et d’améliorer l’efficacité du produit. Ces adjuvants sont connus pour leur toxicité vis-à-vis des organismes aquatiques parce qu’ils augmentent la perméabilité de membranes cellulaires comme les branchies. Il pourrait donc en résulter des effets chroniques potentiels en cas d’exposition à des concentrations très élevées, irréalistes dans l’environnement.

Des travaux antérieurs ont toutefois démontré que la toxicité des agents tensioactifs dans les milieux aquatiques diminue rapidement grâce à leur prompte dissipation dans l’eau ; dans les milieux aquatiques naturels, des effets chroniques s’exerçant sur de longues périodes sont donc peu probables.

 

Références citées

Last update: 03 Décembre 2013