Glyphosate

Transparence sur la sécurité et l’utilisation des herbicides à base de glyphosate en Europe

Menu
Rechercher

Le glyphosate pose-t-il des risques pour la santé humaine?

Le glyphosate est l'une des substances actives les plus largement utilisées pour concevoir des herbicides destinés à prévenir le développement des plantes indésirables dans les cultures. De nombreuses évaluations sanitaires réalisées par les autorités publiques au cours des 40 dernières années ont conclu de façon constante que le glyphosate ne pose pas de risque inacceptable pour la santé humaine. On assiste cependant à une controverse relative à l'évaluation de ses risques pour la santé, en grande partie à la suite d'une publication récente intitulée « Roundup et les anomalies congénitales : le public est-il tenu dans l'ignorance ? » publié par l'organisation non-gouvernementale Earth Open Source. Ce rapport exprime des critiques sur plusieurs évaluations toxicologiques et mesures des risques qui ont été réalisées par les autorités officielles dans les dernières décennies. Il se réfère en particulier à quelques études qui avaient signalé une toxicité pour le développement lors d'essais in vitro sur des embryons isolés de poulets et de grenouilles, ainsi que sur des lignées de cellules humaines.

Les produits à base de glyphosate sont les désherbants les plus utilisés en Europe (© berggeist007/pixelio.de).

 

Les autorités publiques ont trouvé ces études in vitro d'utilité très limitée pour prendre des décisions réglementaires, car elles ne tiennent pas compte des conditions d'exposition réalistes applicables aux animaux et aux humains, ni des barrières physiologiques (absorption, métabolisme et excrétion) qui limitent l'exposition.

Selon les lignes directrices internationales,  les substances doivent être testées lors d'expériences alimentaires in vivo sur des animaux intacts, ce qui est cohérent avec des conditions réelles d'exposition. Les études in vitro, pour lesquelles les substances sont artificiellement administrées aux embryons de manière directe (en les mélangeant au milieu de culture ou en les injectant), ne sont pas conformes aux lignes directrices internationales et les autorités les considèrent moins fiables et moins pertinentes pour évaluer les risques pour les humains que les études sur des animaux intacts.

 

Plus d'informations:

Last update: 03 Décembre 2013