Glyphosate

Transparence sur la sécurité et l’utilisation des herbicides à base de glyphosate en Europe

Menu
Rechercher

Situation sans précédent : la science bafouée par la politique

La GTF est profondément déçue de l'issue de la réunion d'aujourd'hui au cours de laquelle les États membres ont catégoriquement ignoré les avis scientifiques dans le cadre du renouvellement de la substance active glyphosate.

Les États membres ont voté à la majorité qualifiée lors du Comité d'appel le lundi 27 novembre pour approuver l'utilisation du glyphosate dans l'UE pour une période de 5 ans. La GTF considère que cette décision est discriminatoire vis-à-vis du glyphosate, non liée à une évaluation scientifique, principalement influencée par la perception du public, et motivée par des considérations politiques.

Les évaluations de risques effectuées par le BfR (l’agence sanitaire allemande), puis par l'EFSA (2015) et l'ECHA (2017), ont unanimement conclu que le glyphosate ne présentait aucun risque inacceptable. Le dossier sur le glyphosate comprend plus de 90 000 pages de données et d'informations, dont 353 nouvelles études. Son résultat reflète des conclusions fondées sur la science et une approche basée sur le poids de la preuve.Le glyphosate satisfait ou dépasse toutes les exigences pour un renouvellement complet en vertu de la réglementation de l'UE.

Seul un processus de réglementation européen crédible et prévisible peut apporter de la sécurité à l'industrie, aux agriculteurs et au large éventail d'utilisateurs de glyphosate.

L’extrême politisation du processus visant à renouveler le glyphosate est sans précédent et risque d'avoir de lourdes conséquences sur l'intégrité des institutions européennes et sur le processus réglementaire visant à garantir la sécurité des substances actives dans l'UE. L'imprévisibilité et l'incertitude quant aux résultats de ces décisions risquent également de compromettre les futurs investissements de l'industrie agrochimique dans l'UE.Les décisions de cette nature devraient être entièrement basées sur la science et ne pas être motivées par une quelconque pression politique, médiatique ou activiste.

Dans l'immédiat, cette décision porte gravement atteinte à la crédibilité du cadre législatif de l'UE dans un contexte international et désavantagera l'agriculture européenne, en particulier en l’absence d’alternative satisfaisante au glyphosate.

Last update: 27 Novembre 2017