Glyphosate

Transparence sur la sécurité et l’utilisation des herbicides à base de glyphosate en Europe

Menu
Rechercher

Devenir et comportement du glyphosate dans l'environnement

Le devenir du glyphosate dans le sol et dans les plantes a été étudié de façon approfondie pendant les dernières décennies. Dans l’environnement, la substance se lie très fortement à la plupart des sols et des sédiments ce qui la rend en général non disponible pour être absorbée par les racines des plantes adjacentes et présentant très peu de risques d'endommagement des cultures ultérieures ou d'autres plantes au voisinage de la zone d'application 4,5.

Pour la même raison, il est peu probable que les résidus de glyphosate soient entraînés dans les eaux souterraines, et seules de faibles quantités de glyphosate sont retrouvées dans les eaux de surface par effet de ruissellement. Des études examinant le devenir du glyphosate sur plusieurs années ont trouvé qu’en général, moins de 1 % de la quantité de glyphosate pulvérisée était perdue par ruissellement à partir des champs agricoles 3.

Le profil d'innocuité favorable du glyphosate a contribué à la généralisation de l'utilisation des produits qui en contiennent pour la protection des plantes. Le glyphosate se liant très fortement à la plupart des sols et sédiments dans l'environnement, il est peu probable qu'il soit entrainé dans les eaux souterraines. La photo montre un champ 30 jours après l'application d'un herbicide à base de glyphosate.

Le glyphosate qui atteindrait les eaux de surface est rapidement adsorbé au sédiment et dégradé en acide aminométhyl phosphonique (AMPA). Par la suite, l'AMPA est lui-même dégradé en substances présentes à l'état naturel, comme le dioxyde de carbone et le phosphate 5. En cohérence avec la littérature publiée faisant l'objet d'un examen collégial, les données soumises récemment aux agences réglementaires de l'UE montrent que le glyphosate est facilement dégradé dans le sol, à la fois en conditions de laboratoire et sur le terrain. Dans le cas des études en laboratoire, la demi-vie de dégradation médiane était de 5,8 jours, sur un intervalle allant de 1 à 60,2 jours. Dans une vaste plage de conditions climatiques sur le terrain, la demi-vie de dissipation médiane était de 16,5 jours, avec un intervalle allant de 2,3 à 143,3 jours. Dans la plupart des conditions, plus de 90 % de la quantité de glyphosate appliquée se dissipe dans les six mois. Les niveaux de glyphosate et d'AMPA qui ont été détectés dans les eaux de surface sont faibles par rapport aux niveaux de toxicité aquatique aiguë et chronique. Cela veut dire que même en cas de ruissellement ou de dérives de pulvérisation provenant des champs, le risque pour les organismes aquatiques est négligeable.

 

Références citées

 

Plus d'informations:

Last update: 03 Décembre 2013