Glyphosate

Transparence sur la sécurité et l’utilisation des herbicides à base de glyphosate en Europe

Menu
Rechercher

Des rendements plus élevés et des récoltes facilitées

L’utilisation d’herbicides à base de glyphosate s’est généralisée en Europe grâce aux bénéfices qu’ils apportent aux agriculteurs. Ces produits contrôlent des mauvaises herbes qui, sans eux, pourraient persister pendant plusieurs années et entrer en concurrence avec les cultures pour leurs besoins en eau, en lumière et en nutriments. Pour les graminées vivaces et leurs systèmes racinaires, le glyphosate présente un taux de contrôle moyen de 90 %. Contrairement à beaucoup d’autres herbicides qui agissent soit sur les monocotylédones, soit sur les dicotylédones, le glyphosate est efficace sur toutes les mauvaises herbes, grâce à un large spectre d’action. Les applications réalisées avant d’implanter une nouvelle culture ont le potentiel d’accroître jusqu'à 30 % les récoltes de beaucoup de productions européennes majeures, selon la population de mauvaises herbes et d’autres conditions 4,5.

Non seulement les mauvaises herbes entrent en concurrence avec les cultures pour leurs besoins en eau, en lumière et en nutriments, mais elles peuvent également agir comme réservoir de maladies pour les pucerons qui transmettent des virus aux plantes (© Thomas Max Müller/ pixelio.de).

Outre l’application de l’herbicide avant l’émergence des plantes semées, les agriculteurs de certains pays comme le Royaume-Uni utilisent le glyphosate comme une aide à la moisson afin de réduire le degré d’humidité des grains. Cela leur permet de réduire les coûts de séchage et d’accélérer le processus de maturation de cultures comme le maïs, le colza et les céréales.

Le glyphosate permet aux agriculteurs d’établir leurs cultures d’une manière relativement rapide  et facile parce qu’il peut être utilisé dans des approches de travail simplifié du sol. Dans certaines situations, le contrôle chimique des mauvaises herbes s’est avéré plus économique que le labour. Les pratiques de travail minimum du sol permises par l’emploi de glyphosate ont par exemple réduit jusqu’à 61 % les besoins en main d’œuvre 1. Au Royaume Uni, une comparaison des pratiques de contrôle des mauvaises herbes par le labour et par le glyphosate a estimé que le contrôle mécanique des adventices était environ deux fois plus onéreux et consommateur de temps qu’un contrôle entrepris au moyen du désherbage chimique2.

Cet accroissement dans l’efficacité du contrôle des mauvaises herbes n’a pas que des avantages économiques. Il a également amélioré la sécurité des agriculteurs et des applicateurs de désherbage car les accidents survenant lors du transport et de l’utilisation d’engins lourds sont encore l’une des principales causes d’accidents mortels en agriculture. La réduction du nombre d’opérations de préparation des sols qu’autorisent les herbicides à base de glyphosate a par conséquent amélioré la sécurité des ouvriers de façon significative, ce qui est confirmé par la baisse du nombre d’accidents agricoles fatals au cours des dernières décennies 7. De plus, les applications de glyphosate qui éliminent les mauvaises herbes épineuses, allergisantes ou irritantes réduisent le risque de blessures pour les agriculteurs et facilitent la visibilité et l’accès à ceux des espaces agricoles où des dangers peuvent rester cachés par les mauvaises herbes.  

Un autre bénéfice important pour les agriculteurs est qu’en éliminant les mauvaises herbes, le glyphosate supprime leur rôle de « passerelle verte » qui consiste à héberger des parasites ou autres vecteurs de maladies à l’époque de la levée des semis. Les pucerons, par exemple, sont des vecteurs courants de virus des plantes comme le  virus de la jaunisse nanisante de l'orge (barley yellow dwarf virus ou BYDV),qui est capable de détruire jusqu’à la moitié de beaucoup de récoltes de céréales. L’application de glyphosate élimine les plantes qui pourraient héberger les pucerons, réduisant ainsi le risque de transfert de ces insectes porteurs du virus des mauvaises herbes vers les plantes cultivées lorsqu’elles commencent à pousser.

 

Références citées

Last update: 01 Décembre 2013